Jardins

jardin magnifique, avec des fleurs et des légumes extraordinaires qui défient toutes les lois de l’agronomie et toute explication rationnelle. Au début c’est surtout la nécessité qui fait loi. Comme le couple n’a pas de revenus, Peter décide de cultiver, sur un tout petit morceau de terrain, des radis et des laitues. Leur premier potager voit le jour. Eileen se charge pour sa part de “la communication”, elle entre en contact avec les Esprits de la Nature qui lui donnent de précieux conseils de jardinage. Elle apprend que chaque animal, chaque plante, chaque minéral possède son aura particulière, son ange gardien, son “déva”. Elle établit un dialogue complice avec ces anges et obtient de précieux renseignements sur la manière de planter et de cultiver telle ou telle plante. Le couple et son amie se mettent tous les trois en contact télépathique avec ces êtres extraterrestres, ces anges, qu’ils nomment les Maîtres des Sept Rayons du Réseau de Lumière.

Tout cela aurait pu n’être qu’une douce rêverie. Mais voilà, le jardin se met à pousser de manière spectaculaire. Peter récolte même un chou géant de 19 kilos ! Les dialogues avec les anges médiateurs se poursuivent. Dans cet humble jardin de Findhorn, naît une véritable histoire d’amour entre les humains et les plantes, chacun donnant le meilleur de lui-même à l’autre. Peu à peu, les jardins de Findhorn font parler d’eux. Les visiteurs commencent à affluer. Certains choisissent même de rester et le trio fondateur de cette expérience unique dans le monde se transforme peu à peu en une communauté naissante qui se veut un laboratoire de l’humanité de demain. Le succès de cette entreprise, selon ses fondateurs, est dû à la rencontre avec les Esprits de la Nature.

Un an après ses débuts Findhorn reçoit, en 1963, la visite et le soutien de Sir Georges Trevelyan, un expert agricole très connu en Grande-Bretagne. Ce dernier engage son autorité pour soutenir l’expérience naissante : “Ce jardin offre l’image d’une action créatrice que le Nouvel-Age émergeant est en train de réaliser. Findhorn commence à établir une nouvelle façon de vivre, à former une nouvelle société qui se consacre vraiment à Dieu et à la survie de l’humanité grâce à une coopération consciente de l’être humain avec des êtres de mondes plus élevés”.

À côté de la caravane des Caddy sont érigés un sanctuaire, un bureau, six pavillons de bois et une cantine apte à restaurer 200 personnes ! Findhorn devient vite l’une des capitales mondiales du New-Age. Les Jardins de Findhorn paraissent aux yeux du monde comme une sorte d’Eden retrouvé. Personne ne comprend pourquoi le potager de Findhorn est le plus beau de toute l’Angleterre, d’autant que la terre y est analysée à plusieurs reprises et que ces tests ne révéleront rien de particulier.

La Communauté de Findhorn a aujourd’hui 57 ans ! Les Fées et les Esprits de la nature continuent à y dialoguer couramment avec les jardiniers. Des séminaires y sont régulièrement organisés pour tous ceux et celles qui désirent avoir la main verte ainsi qu’entrer en contact avec des êtres supérieurs. En 1972, la communauté a adopté un statut d’association sans but lucratif sous le nom de Findhorn Fondation. Inévitablement quelques entreprises ‘commerciales’ coopèrent avec elle pour la gestion du terrain de camping, de la boutique, des produits artisanaux, et la vente par correspondance. Dans la galaxie Findhorn, nous trouvons désormais une maison de retraite, une entreprise de construction et d’énergie solaire, ainsi qu’un hôtel. Le lieu originel a essaimé en d’autres domaines qui vivent selon les mêmes principes, dont un vieux manoir reçu en legs. Findhorn développe de nombreuses activités de formation et de recherche, recevant désormais 15 000 personnes par an, et est reconnue par l’ONU depuis 1997 comme une “ONG associée” ayant pour mission d’implémenter l’Agenda 21 lancé lors du Sommet de la terre, à Rio en 1992, en présence de 178 chefs d’État.

Findhorn représente une démarche globale initiée par une collectivité locale, conduite avec la population et les acteurs locaux, avec pour ambition de faire du développement durable le nouveau modèle de développement du territoire selon un plan d’action pluriannuel.